Dans le Coran, il est fait mention de cinq obligations rituelles religieuses, les cinq piliers (arkân). Elles sont devenues le pacte minimal de tout l’islam, indépendamment des branches et des doctrines qui le traversent:

  • La profession de foi (shahada): témoignage personnel de la foi. En la récitant, le croyant atteste de l’unicité de Dieu et reconnaît Mohamed comme son dernier envoyé.
  • La prière (salât): précédée des ablutions rituelles, elle doit être dite cinq fois par jour: à l’aube, à midi, l’après-midi, au coucher du soleil, le soir. Il est recommandé de faire la prière en communauté, à la mosquée, le vendredi, jour du rassemblement des croyants.
  • L’aumône (zakât): aumône obligatoire, au taux unique de 2.5% payable en espèce ou en nature (bétail, céréale). Contribution à un fonds de secours mutuel. Il s’agit d’une collecte en vue de venir en aide aux défavorisés ou dans le but de contribuer à des projets d’intérêt public.
  • Le jeûne (sawm) du mois de Ramadan: durant le neuvième mois de l’année hégirienne (Ramadan), qui se déroule selon le calendrier lunaire, il est interdit, de l’aube au coucher du soleil, de manger, de boire, de fumer, d’avoir des relations sexuelles. Une retenue est également attendue la nuit. Au-delà de la pratique du jeûne, il s’agit d’un mois de fête durant lequel les musulmans commémorent la révélation du Coran.
  • Le pèlerinage (hajj): tout musulman qui en a les moyens et la capacité physique doit se rendre à la Mecque au moins une fois dans sa vie, lors des trois derniers jours du dernier mois de l’année lunaire. Le pèlerinage commémore le voyage d’Abraham, de Hagar, sa femme et d’Ismaël, leur fils, dans la vallée d’Arabie. Le hajj prend fin avec la fête du sacrifice du mouton.