ISLAM | Le forum francophone
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

ISLAM | Le forum francophoneConnexion

A disposition de tous les musulmans qui souhaitent s'entraider et à tous ceux qui s'intéressent de près ou de loin à notre belle religion. Inscription gratuite et anonyme.

descriptionDossierRe: Le Coran contre les mutilations sexuelles

more_horiz
Selemou aleykoum 

Alors dejat tu n'est pas objectif, tu a un sujet qui te touche particulièrement visiblement et à partire de la tu va réussir à te donner raison peut importe le sujet, vue que tu aime nous sortire des copier collé à tour de brats, tu na pas lue celui qui dit 
"et il ne parle pas sous le coups de ses pation"une leçon pour tous pour arrêter de vouloir avoir le dernier mot à tous pris, tu va y ganier quoi à avoir "raison" sur se sujet si ce n'est de prendre le risque d'egaré des gens et donc devoir payé pour ça le jour du jugement ?

Donc je vais te dire se qu'il en est de la circoncision

Allah nous dit dans le coran
"Et touts âmes seras ramené, et non circoncis"

Donc Dieu a interdit ça mais il rappel quand même qu'ont seras ressuscité non circonci ? y a un paradox la nn ?

La pratique de la circoncision vien du Prophète Ibrahim "sw" et Muhammad "saw" aime particulièrement Ibrahim si je ne dit pas de bêtises et il a suivis ça sunna en se circoncisisant

Donc il en est quoi à se sujet ?
Muhammed "saw" à dit 
 "Le juif seront 71 secte, les chrétiens 72 et l'islam se séparera en 73 secte, mais 1 seul entrera au paradis, celle qui suivras ma sunna et celle de mes compagnons et qui s'y accrocherons avec les molaires"

Coran " Ammene moi 1000 de la progéniture sortie des côté d'Adan "sw" 1 entrera au paradis et 999 iront en enfert"

Partant donc du principe que gagner ça place au paradis est très dure, les musulman on voulue donc suivre au mieux la Sunna espérant ne pas aller en enfert, donc je vais te dire se que tu n'a pas sue faire vue que tu n'a pas était objectif, en réalité ma sirconcision n'est pas obligatoire elle est un cas de jurisprudence on va dire, il nous est autand permis de le couper que de le laisser

Il faut juste peusé le pour et le contre

 -Garder un prépuce garde la verge sensible pour les rapport intime, mais elle contribue au cas de cancer et d'infection dans cette zone là car elle garde les microbe au chaud entre le prépuce et la verge, se qui est dangereux et risqué pour ceux qui ont une hygiène un peut négligeante 

-Retiré le prépuce diminue la sensibilité de la verge et l'expose au microbe en permanence, en revanche ces dernier sons aussitôt éliminer car il n'ont pas d'endroit ou se loger et proliférer, et le point le plus important ça diminue énormément les risque de cancer

Si on suit tous se que tu a dit donc il est interdit de rasés le moindre poile sur nos corps, de se couper les ongles et il en est quoi de la barbe ? L'islam pour les homme en apparence tourne autour de la barbe et dans le coran il n'y a rien à se sujet donc on devrais faire quoi selon toi ? Si on en a une on la laisse pousser jusqu'à se qu'elle touche le sol ? 

La meilleur personne a avoir compris le coran c'est le prophète "saw" 
Et le meilleur exemple de vie, d'éthique au quotidien c'est également le prophète 'saw'

Il y a énormément de choses écrite dans le coran qu'ont ne peut pas suivre à la lettre car il ne faut pas les prendre au 1er degré 

Exemple " je n'est créer les djin et les homme que pour qu'il m'adore"
"tuer les ou qu'ils se trouvent" si on suit cette phrase on reste le front prosterner et on attend la mort ? Et le second exemple et le 1er argument qui a cosé le terrorisme

Et il y a énormément de choses que le prophète faisait qu'ont ne trouve pas dans le coran

Exemple "Les ablutions, les 5 prière, taillé la moustache, énormément d'acte surérogatoires qui ne figurent pas dans le coran ect..."
Donc le prophète "saw" n'a pas lue le coran ? Pourtant énormément de ces actes ne figurent pas dans le coran.

Il est important de comprendre 1 choses essentielles dans la religion qu'est l'islam "seul religion sur terre, les autres donne son que des sectes" Allah à toujours envoyer un livre en guise de rappele et d'avertissement suivit d'un messager pour exemple, en gros le miracle ne réside pas dans la descente d'un livre mais de celle d'un messager qui l'apporte avec lui, donc il faut dissocier le livre et le messager, beaucoup de gens, comme toi visiblement ne savent pas faire la part des choses et on oublier que le miracle de dieu et de 2, le livre, et le messager. Le messager est l'exemple parfait du comportement que doit avoir l'homme sur terre, le livre est un rappel.

Et tous les exemple que tu a cité son complètement sortie de leurs contexte et ne veulent rien dire, je t'invite à livre l'exégèse de ces versets

Donc encore une foi avent de parlais de religion et de dieu apprend les choses qui sont a ta porter comme la sagesse et la politesse, tous le mondes à des croyance et une opignons, la clefs de la vie en société c'est le respect d'autruit, tu na pas le droit d'exposer des soit disent "fait" sur un sujet qui te tien à cœur personnellement, ou alors tu abordé le sujet sens être aussi entreprenent comme si tu avais la science infuce car je sais bien qu'ont est dans un forum de débat, mais même la il y a des règle de conduite

En espérant avoir etait utile

descriptionDossierLe Coran contre les mutilations sexuelles

more_horiz

[ltr]Le Coran contre les mutilations sexuelles[url=#sdfootnote1sym]1[/url],[/ltr]




(English : The Koran against circumcision (updated 10.16.2022) | Michel Hervé Bertaux-Navoiseau - Academia.edu)
(Arabe : (49) القرآن ضد الختان۱، | Michel Hervé Bertaux-Navoiseau - Academia.edu)



Vingt-trois versets du Coran s’opposent à l’excision et à la circoncision.



Sept sont catégoriques :


4 : 118-119 : “… maudit soit-il qui a dit : ‘Je prendrai, de tes serviteurs, une partie déterminée…

De quelle autre partie que le clitoris ou le prépuce peut-il s’agir ?

“… je les égarerai, je leur ferai des promesses (fallacieuses), leur ordonnerai de fendre les oreilles du bétail, je leur commanderai d’altérer la création de Dieu.

- 6 : 38 : “… Nous n’avons rien négligé dans le livre...

- 6 : 115 : “… Personne ne peut modifier ses paroles…

- 10 : 59 : “… Avez-vous vu les dons que Dieu vous a accordés ? Vous tenez les uns pour licites et les autres pour illicites. Dieu vous l’a-t-il permis ?...

Le recteur Boubakeur, dans sa traduction du Coran[url=#sdfootnote2sym]2[/url], s’est amusé à commenter le verset 10 : 59 en affirmant qu’il concerne la nourriture. Dieu lui a-t-il permis cette restriction ? En écartant ce qui ne serait pas la nourriture, il fait justement ce que les versets 10 : 59 et 6 : 115 interdisent. De plus, le terme arabe “rizq” (dons) est très général et cette interprétation fallacieuse est le mensonge classique des partisans de la circoncision qui affirment que les dons en question concernent la nourriture. Quoi qu’il en soit, le verset suivant interdit cette interprétation mensongère :

- 16 : 116 : “Et ne dites pas, suivant les mensonges proférés par vos langues : ‘Ceci est permis, ceci est interdit.’, pour forger des mensonges que vous attribuez à Dieu.


Ces deux versets impliquent que l’homme n’a pas le droit de condamner ce que Dieu ne condamne pas et donc tout particulièrement les organes du corps humain qu’Il a créés. Les seules nourritures interdites : la charogne, le sang, le porc et l’alcool, ne sont pas interdites par les hommes mais par le Coran lui-même. Dans l’islam, les dons de Dieu que les hommes s’interdisent ne peuvent donc être que le prépuce ou le clitoris. Aucun des termes arabes désignant les mutilations sexuelles : khitan, khatna, tahara et tohhor (coupure, purification) ne figure dans le Livre qui n’ordonne nulle part de mutiler le corps humain. Il semble même que le refus de Mohamed, comme de Moïse, d’employer le mot circoncision révèle une profonde aversion pour la cruelle torture.


- 30 : 30 : “… - pas de modification dans la création de Dieu ; voilà la religion dans sa rectitude, mais la plupart des hommes ne savent pas -”


Puisque, selon le verset 6 : 38, tout est écrit dans le Coran, les hommes ne peuvent se permettre une pratique de l’importance des mutilations sexuelles sans violer les versets 6 : 38, 6 : 115 et 30 : 30.
Seize autres versets s'opposent aux mutilations sexuelles en affirmant la perfection de la création divine :


- 3 : 6 : “C'est lui qui vous forme selon sa volonté dans les matrices…

- 3 : 191 : “… Seigneur, ce n’est pas en vain que tu as créé cela !...

- 13 : 8 : “… Toute chose a auprès de lui sa mesure.

- 23 : 115 : “… Aviez-vous supposé que nous vous avions créés sans but…

- 25 : 2 : “… Béni soit celui qui… a créé toute chose en lui donnant les proportions.

- 27 : 88 : “… l’œuvre de Dieu qui a perfectionné toute chose…

- 32 : 7 : “(Il) a excellé (en tout) ce qu'il a créé.

- 32 : 9 : “… il lui (l'homme) a donné une forme harmonieuse…

- 38 : 27 : “Ce n'est pas en vain que nous avons créé les cieux et la terre et ce qui est entre eux.

- 40 : 62 : “…Dieu, votre Seigneur, créateur de toute chose…

- 40 : 64 : “Dieu… vous a formés et a embelli votre forme…

- 54 : 49 : “Nous avons créé toute chose (et) son destin.

- 64 : 3 : “… il vous a dotés d'une belle forme…

- 67 : 3 “… On ne voit en la création du Tout-Miséricordieux aucune disproportion…

- 82 : 6-8 : “Ô toi, homme ! Qu'est-ce qui t'as abusé au sujet de ton Seigneur généreux,
qui t’a créé, constitué, équilibré,

donné telle forme qu’il a voulue ?

- 95 : 4 : “nous avons donné à l’homme, en le créant, la forme physique la mieux proportionnée,


Cette insistance répétitive montre la détermination de Mohamed contre l’idée d’un ordre divin de la circoncision donné à Abraham. Le Dieu de Mohamed est aussi jaloux que celui de Moïse ; si la création est parfaite, l’altérer est diabolique. Les hadiths affirment que le Coran interdit les tatouages. Comment pourrait-il ne pas condamner l’excision et la circoncision ? L’unanimité des hadiths contre les tatouages permet de penser que ceux qui sont en faveur des mutilations sexuelles ne sont pas authentiques. Dans la même perspective, le comportement des intégristes qui se laissent pousser la barbe pour rester tels que Dieu les a faits mais circoncisent leurs fils est d’autant plus paradoxal qu’à la différence de la barbe, le prépuce ne repousse pas.


Remontant à des milliers d’années, la circoncision était une coutume des polythéistes que combattait Mohamed. Dans les harems, elle était le complément logique de l’éviration des gardiens et de l’excision. Pour ne pas heurter de front les praticiens des mutilations sexuelles, le Coran ne les désapprouve qu’implicitement. Mais il ne les prescrit pas et il est possible de devenir musulman sans être circoncis ou excisée. La source pure et authentique de l’islam interdit d’altérer la création de Dieu.


La loi islamique ne prescrit pas non plus les mutilations sexuelles. Seuls le font certains passages de la Sunna (coutume, d’authenticité controversée, prétendant rapporter le discours courant du prophète, ses pensées d’homme ordinaire). Mais nous citons in fine plusieurs extraits de la Sunna et des hadiths contre la circoncision. Quoi qu’il en soit, ce ne sont pas les paroles de l’archange Gabriel à son oreille et la Sunna et les hadiths ne peuvent pas outrepasser le Coran. Or les condamnations implicites de la mutilation sexuelle féminine et masculine par le Coran sont si nombreuses qu’on est forcé de penser que les propos prêtés à Mohamed à leur sujet dans la Sunna sont soit inauthentiques, soit de pure circonstance. Lorsque le livre est insistant, les paroles rapportées ne sont pas crédibles. Notamment celles sur l’excision :

On rapporte que le Prophète… a dit à Umm ‘Atiya, une femme qui pratiquait l’excision des filles à Médine : ‘Ô Umm ‘Atiya, coupe légèrement et n’exagère pas car c’est plus agréable pour la femme et meilleur pour le mari.’

- Ce hadith a été rapporté par Al-Hakim, Bayhaqi et Abu Daoud avec des versions similaires et avec une chaîne faible, comme l’a indiqué Al-Hafidh Zen Al-Din Al-’Iraqi dans son analyse de ‘La revivification des sciences de la religion’ écrit par Al-Ghazali (148/1),

- Abu Daoud a commenté le même hadith dans son recueil avec une version différente de la précédente : ce hadith a été rapporté par Abdallah Bin ‘Amru de Abdoul-Malik avec le même contenu et la même chaîne de transmission, mais ce hadith n’est pas authentique, il est de type mursal (la chaîne de garants n’est pas fiable), et son rapporteur Mohamed Bin Hassaan Al-Koufi n’est pas connu, par conséquent ce hadith est faible,...

Dr. Mohamed Salim Al-Awwa, Secrétaire Géneral des Ulemas Musulmans


A supposer ce hadith authentique, on doit penser que Mohamed, sachant qu’il parlait à une exciseuse professionnelle incapable de renoncer à son gagne-pain, a été pragmatique ; il s’est contenté de recommander de limiter les dégâts. Ce hadith montre que, même pour l’excision, Mohammed ne pouvait pas lutter de front contre la compulsion mutilatrice des polythéistes.


Le Coran fait plusieurs allusions condamnant la circoncision. L’une des plus importantes est directe :

Lorsque le seigneur éprouva Abraham par certaines paroles
et que celui-ci les eût accomplies,
Dieu dit : ‘Je vais faire de toi un guide pour les hommes’,
Abraham dit : ‘Et ma descendance ?’
Le seigneur dit : ‘Mon alliance ne concerne pas les injustes.’ 2 : 124

D’une part, Mohamed a lu le Livre de Josué et sait que les Hébreux ont échappé aux mutilations sexuelles grâce à Moïse qui les a interdites pendant toute sa vie.
D’autre part, en parlant des injustes, Mohamed fait probablement allusion à l’interprétation fallacieuse du verset 20 : 5 du Livre de l’Exode (Deuxième Commandement).
De plus, si Dieu avait voulu la circoncision, il aurait décrété le terrible châtiment que la Bible impose à l’incirconcis : l’exclusion du peuple. Le Coran affirme au contraire le caractère injuste d’une exclusion décrétée au motif d’un petit organe en plus ou en moins.


Enfin, il ignore l’idée de circoncision générale ; il énonce que la circoncision fut une épreuve exigée du seul Abraham. La généraliser serait injuste. Le Coran récuse les deux volets du diktat imposé à Abraham.



Le professeur Aldeeb[url=#sdfootnote3sym]3[/url] signale que certains exégètes ont trouvé ce verset équivoque et l’ont au contraire interprété comme un rappel de la circoncision, comme si, à la différence du Dieu d’Abraham, le Dieu de Mohamed n’avait pas été capable d’ordonner clairement la circoncision s’Il l’avait voulu.


Ce verset 2 : 124 fait allusion au chapitre 17 du Livre de la Genèse :

Abram se prosterna et Dieu lui parla de la sorte : ‘Moi-même, oui, je traite avec toi : tu seras le père d’une multitude de nations... Et je donnerai à toi et à ta postérité… toute la terre de Canaan… Voici le pacte que vous observerez, qui est entre moi et vous, jusqu’à ta dernière postérité… Vous retrancherez la chair de votre excroissance, et ce sera un symbole d’alliance entre moi et vous... Et le mâle incirconcis, qui n’aura pas retranché la chair de son excroissance, sera supprimé lui-même du sein de son peuple pour avoir enfreint mon alliance.’

Mohammed ne pouvait pas savoir que le Dieu d’Abraham était un pharaon désireux de soumettre ses sujets en leur imprimant une marque de possession. Cependant, le Coran n’accorde aucun crédit aux rédacteurs de la Bible. Respectant la logique d’un monothéisme qu’il expurge de toute tradition païenne, il ramène le texte à l’essentiel et, contrairement à Genèse 17, affirme qu’être juste est la seule condition du pacte avec Dieu. Pour le Coran, la circoncision fut une épreuve infligée au seul Abraham. Il ne dit nulle part que Dieu l’aurait imposée aux hommes et l’estime injuste.


L’allusion aux mutilations sexuelles du verset 4 : 119 mérite d’être commentée :

“‘Je les égarerai, je leur ferai de vaines promesses, je leur ordonnerai de couper les oreilles du bétail, d’altérer la création de Dieu.’ Quiconque prend Satan pour maître, plutôt que Dieu, est voué à une perte certaine.

Au premier degré, la position du Coran contre la cruauté envers les animaux est d’un modernisme étonnant. Il se fait précurseur du combat des sociétés protectrices des animaux. En interdisant le marquage des bêtes, il exclut a fortiori celui du corps de l’homme.
Au deuxième degré, le Coran parle à l’orientale, de façon imagée et voilée.
comparant l’homme à l’animal, il condamne le fait de traiter ses propres enfants comme des serviteurs ou pire comme du bétail,
il condamne les mutilations sexuelles par la mise en équivalence des expressions couper les oreilles du bétail et altérer la création de Dieu ; s’il est interdit de mutiler les animaux, il ne peut qu’en être de même pour les humains,
il condamne les vaines promesses faites par le diable à Abraham : le don de Canaan. Cette allusion à Genèse 17 ne permet pas de douter que le Coran condamne les mutilations sexuelles comme diaboliques.


Selon Boubakeur, en employant une idée proche de celle de la circoncision, les versets 2 : 87-88 et 4 : 155 (nouvel indice de son dégoût pour la chose, le Coran refuse encore de citer le mot) font probablement allusion à la circoncision du cœur de Moïse. Le Coran ne peut pas faire allusion à la circoncision du cœur sans condamner la circoncision de la chair.


Mohamed était un homme d’exception. Un hadith lui prête l’af-firmation :

“Personne n’a jamais vu mon prépuce.

Né sans prépuce, Mohamed affirme n’avoir pas été circoncis. Certains considèrent cette affirmation comme une incitation à la circoncision. Prêter cette intention au prophète en contradiction avec tout ce que nous venons d’énoncer est fallacieux. On peut penser au contraire que Mohamed remercie le créateur de lui avoir épargné la circoncision et se donne discrètement en exemple pour tenter d’épargner une terrible torture aux enfants. Mais son infirmité ne lui a pas permis d’éprouver les jouissances de la possession de l’organe spécifique de l’autosexualité. Cela pourrait expliquer son absence de condamnation explicite des mutilations sexuelles.
A la différence de Moïse, Mohamed ignorait les plaisirs procurés par le prépuce. Informé de l’assassinat de ses deux grands prédécesseurs par les partisans de la circoncision, il n’a pas imposé son abolition. Il a préféré ménager ses frères et compter sur un désaveu relativement discret. Celui-ci resta sans succès ; les humains ont besoin, de la part de leurs chefs, de prises de position limpides. La modernité du message de Mohamed, empreinte de christianisme, a été soigneusement étouffée dans des pays dominés par des aristocraties féodales.



Plusieurs auteurs de la Sunna se sont élevés contre la circoncision :

Ahmad Ibn Hanbal 780-855 rapporte dans son recueil qu’Uthman Ibn Abu-al-As (d. 671) a été invité à une circoncision. N’étant pas venu, on le lui a reproché. Il a répondu : “Du temps du Prophète Mohamed, nous ne pratiquions pas la circoncision et nous n’y étions pas invités.

Al-Nawawi 1233- 1277 rapporte qu’Ibn-al-Mundhir (d. 931) écrit qu’il n’existe en matière de circoncision ni interdiction, ni date précise, ni sunna à suivre, et que les choses restent dans le domaine du permis. Cela signifie qu’on était libre de circoncire ou de ne pas circoncire.

Al-Tabari 838-923 dit que le Calife Umar ibn Abd Al-Azīz (d. 720) a écrit à son général d’armée Al-Jarrah Ibn Abd-Allah (d. 730) après avoir conquis la région de Kharassan : “Celui qui prie devant toi vers la Mecque, dispense-le du paiement du tribut. Les gens se sont pressés alors de se convertir à l’islam. On a indiqué alors au général que les gens se convertissaient pour ne pas payer le tribut et qu’il lui fallait les soumettre à l’épreuve de la circoncision. Le général a consulté le Calife. Celui-ci lui a répondu : “Dieu a envoyé Mohamed pour appeler les gens à l’islam et non pas pour les circoncire.

Le prophète a dit : ‘De la même façon qu’un animal donne naissance à un bébé parfaitement constitué, le voyez-vous mutilé ?’” Sahih Al-Bukhari 1359



Le professeur Aldeeb Abu-Sahlieh écrit (p. 147-48) que l’auteure et psychiatre égyptienne Nawal Al-Saadawi et divers auteurs et universitaires musulmans s’élèvent contre les mutilations sexuelles. Il cite Jamal al-Banna, frère de Hasan Al-Banna :

Le verset coranique 95 : 4 : ‘Oui, nous avons créé l’homme dans la forme la plus parfaite.’ réfute la prétention que la circoncision corrige une imperfection dans la nature humaine, car une telle prétention contredit le texte coranique. Dieu a voulu que les hommes et les femmes soient ‘dans la forme la plus parfaite’… Je crois fermement qu’il est du droit des hommes et des femmes de vivre comme Dieu les a créés et que Dieu a fait chaque organe ‘dans la forme la plus parfaite’, y compris les organes sexuels de l’homme et de la femme.

[ltr]Il signale aussi que le juge libyen aujourd’hui retraité Mustafa Kamal Al-Mahdawi affirme dans son livre[url=#sdfootnote4sym]4[/url] que le Coran refuse la circoncision, citant les versets 3 : 191 et 86 : 14 pour estimer que Dieu ne peut pas s’adonner à de telles futilités. Accusé d’apostasie et menacé de fatwa s’il ne se rétractait pas, Al-Mahdawi fut poursuivi devant un tri–bunal islamique. Bien qu’il ne se soit pas rétracté, la cour d’appel de Benghazi le relaxa de l’accusation d’apostasie (peine de mort) ; sa lecture scrupuleuse du Coran ne permettait pas de le condamner. Son livre fut cependant interdit.[/ltr]



Le site internet QuranicPath va dans le même sens.




Ce faisceau d’éléments concordants montre que le Coran multiplié les incitations au respect du corps humain et s’oppose aux mutilations sexuelles féminines et masculine comme contraires à la volonté de Dieu. Il le fait de façon non sexiste, sans distinguer l’excision et la circoncision.




[url=#sdfootnote1anc]1[/url] Cf. Louizi M. Le “juste prix” de la “terre promise” : Réflexion autour de la circoncision. Blog 2009.

[url=#sdfootnote2anc]2[/url] Le Coran. Paris : Fayard ; 1972. Traduction du recteur Hamza Boubakeur.

[url=#sdfootnote3anc]3[/url] Aldeeb Abu-Sahlieh S. Circoncision masculine, circoncision féminine. Paris : L’Harmattan ; 2001.

[url=#sdfootnote4anc]4[/url] Al-Mahdawi M. Al-Bayan bil-Qur’an, 2 volúmenes, Al-dar al-gamahiriyyah, Misratah y Dar al-afaq al-gadidah, Casablanca, 1990, vol. II, pp. 348-350.


Dernière édition par Sigismond le Ven 16 Déc - 12:34:17, édité 6 fois (Raison : Nombreux sont ceux qui s'appuient sur le Coran pour pratiquer les mutilations sexuelles; il me semble qu'ils se trompent.)
privacy_tip Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
replyRépondre au sujet